Cancer : il faut sauver Mai

Cancer : il faut sauver Mai

La Rédaction on 6 juillet 2014 at 5 h 13 min


  • 1
  • 0
    Partager

9

Depuis deux jours, sur mes réseaux sociaux, son visage sympathique est apparu plusieurs fois, pourtant, il semblerait que ce ne soit pas suffisant ! Mai a un cancer du sang et seul un don de cellules souches pourrait la sauver.

Qui est Mai Duong?


Mai est une jeune femme de 34 ans, maman d’Alice, 4 ans, qui travaille dans les médias numériques, spécialisée en pub, depuis 10 ans. Elle est mariée à un gars d’origine ukrainienne, créant une belle famille aux couleurs de la nouvelle image du Québec.

Sa maladie


En janvier 2013, on lui a diagnostiqué une leucémie aiguë, lors d’une prise de sang de routine pour sa 2e grossesse qui a dû être interrompue. En quarantaine, elle eut des traitements de chimio intensive, elle s’est battue comme une dingue et elle était en rémission jusqu’en mai dernier.

Depuis la St-Jean-Baptiste, Mai est en quarantaine à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont pour cinq semaines confinée à sa mini-chambre. Elle ne peut pas voir sa fille (les enfants de moins de 12 ans ne sont pas admis en hémato), elle a droit à un seul visiteur à la fois, sans contact physique.

Sa seule chance


Sa seule chance de s’en sortir est un don de cellules souches (sang de cordon ou moelle osseuse). Ce matin, j’ai en la chance de « jaser » avec Mai, voici ce qu’elle me confiait : « chaque personne peut sauver des vies et ça commence par un test de frottis buccal d’Héma-Québec. La maladie ne discrimine personne, j’en suis la preuve vivante ! Nous avons besoin d’un plan de redressement pour faire face à la maladie, surtout chez les minorités visibles ».

Un SOS de Mai


Si elle était blanche, il n’y aurait aucun problème. Mais étant asiatique, elle a besoin d’un donneur asiatique, plus spécifiquement vietnamien et comme toutes les autres communautés ethniques, les Vietnamiens sont sous-représentés dans les registres de donneurs de cellules souches, en fait, il n’y en a pas. Niet, nada, rien.

Ça lui prend pourtant un donneur potentiel, un match parfait, pour pouvoir recevoir ce don de cellules souches, son seul espoir de s’en sortir vivante. Alors, si dans votre entourage, il y a une personne d’origine vietnamienne, svp, envoyez-lui ce billet ou priez-la de visiter immédiatement la section cellules souches d’Héma-Québec pour pour recevoir le kit de frottis buccal et en indiquant Mai Duong-communauté vietnamienne dans le formulaire de consentement.

Je vous invite donc à partager en grand nombre cet appel à tous, pour Mai et sa famille, mais aussi pour nous tous, parce qu’on ne sait jamais quand et où la maladie frappe. Pis, pourquoi ne pas faire un don de vos propres cellules du même coup ? Ça ne coûte rien, ça ne fait pas mal, ça peut juste faire beaucoup de bien à un potentiel patient !

Sauvons Mai, utilisons nos réseaux sociaux et trouvons-lui un donneur !

Pour voir des photos de la vie de Mai, visitez le site de son mari Vlad ici


Pour en apprendre plus Héma-Québec, cliquez ici

Auteur
Julie Philippon

Like this post? Please share to your friends:
SITE VIETNAM
Leave a Reply

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: