Iles Spratleys : Le Vietnam et les Philippines s’unissent contre la Chine

Alors que les tensions sont vives en Mer de Chine méridionale, des marins vietnamiens et philippins ont joué au football et organisé un karaoké sur une des îles contestées de l’archipel des Spratleys, ce mercredi.

Le pied de nez de Manille et de Hanoi ne manquera pas d’irriter Pékin. Alors que la tension est à son comble dans les eaux troublées de Mer de Chine méridionale, des troupes vietnamiennes et philippines ont joué, mercredi, au football et organisé un karaoké en plein air sur une des îles contestées de l’archipel des Spratleys. Les deux pays d’Asie du Sud-Est démontrent ainsi leur volonté de coopérer face à l’inquiétude provoquée par les revendications territoriales de la République populaire.


Un navire de la marine vietnamienne a déposé une soixantaine de marins vietnamiens sur l’île de Northeast Cay, contrôlée par Manille, mais revendiquée par Pékin, Hanoi et Taipei. Une centaine de soldats philippins étaient déjà stationnés sur l’île. Les pays ont mis de côté leurs disputes territoriales, pour se consacrer à des matchs de football et de volleyball. «Nous passons du bon temps ensemble. Ces activités contribuent à relever le niveau de confiance entre nos troupes dans la zone disputée et renforcera la coopération entre nos deux marines», a souligné un haut responsable de la marine philippine.

Une nouvelle coopération entre les Philippines et le Vietnam


La coopération fleurit entre le Vietnam et les Philippines depuis que les deux pays ont décidé d’oublier leurs différents dans les Spratleys afin d’unir leurs forces face à la Chine. Pékin s’est dit prêt à «défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale», ajoutant qu’elle possède «les capacité et la volonté» de le faire.


Mardi, le Conseil des affaires d’État, le gouvernement chinois, avait publié un livre blanc sur la défense de la République populaire, soulignant sa volonté de projection au-delà de ses frontières maritimes et aériennes et la construction d’ouvrages controversés en mer de Chine du sud. L’Armée populaire de libération (APL) chinoise, la plus importante au monde par le nombre avec deux millions d’hommes, va confier à sa marine une responsabilité accrue dans «la protection en haute mer» et réduire l’accent mis sur la «défense côtière», a souligné le document. Les forces aériennes chinoises vont parallèlement passer «de la défense territoriale à la défensive et l’offensive combinées».


La Chine a entrepris ces derniers mois des travaux d’assèchement et d’aménagement sur plusieurs récifs et îlots qu’elle occupe dans les Spratleys, dont la superficie terrestre a été multipliée par cinq, selon des images satellites qui montrent qu’une piste aérienne et des installations portuaires y ont été bâties. Pékin revendique 90% de la mer de Chine méridionale, mais le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, le sultanat de Brunei et Taiwan ont également des prétentions sur ces eaux potentiellement riches en hydrocarbures, traversées par des voies maritimes internationales de première importance. Et ses actions, dénoncées par ses voisins et par leurs alliés américains, qui accusent la Chine de vouloir «créer des faits sur l’eau» en érigeant une «grande muraille de sable», ont exacerbé les tensions dans la région.

«Une guerre inévitable»


Pékin a assuré vendredi avoir «refoulé» un appareil de surveillance américain qui volait à proximité d’une de ces îles artificielles, après un échange radio tendu entre l’appareil et les militaires chinois au sol. Ces derniers affirmaient que l’avion volait dans l’espace aérien chinois, alors que l’équipage américain a dit voler dans l’espace aérien international, refusant de modifier sa route. La Chine a accusé Washington de comportements «hautement irresponsables et dangereux» et prévenu que ce type de survols pouvait provoquer des «incidents non souhaités».


Lundi, le Global Times, porte-voix des faucons du Parti communiste chinois, n’a pas hésité à affirmer qu’une «guerre est inévitable» entre la Chine et les Etats-Unis concernant la mer de Chine méridionale. «Si l’essentiel, pour les Etats-Unis, c’est que la Chine cesse ses activités, alors une guerre américano-chinoise est inévitable en mer de Chine méridionale», pouvait-on lire dans ce journal, qui appelle la Chine à «se préparer minutieusement» à la possibilité d’un conflit avec les Etats-Unis. Et d’ajouter que «l’intensité du conflit sera supérieure à ce que les gens appellent habituellement une ‘friction’».

Source
Le Figaro

Like this post? Please share to your friends:
SITE VIETNAM
Leave a Reply

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: