“Le Vietnam raconté à mes filles” par Doan Bui

Grand reporter au Nouvel obs, Doan Bui publie, tout l’été, une BD : Le Vietnam raconté à mes filles. Une nouvelle aventure, graphique, pour la journaliste, Prix Albert-Londres en 2013, très liée à la Sarthe.

« Tous mes souvenirs d’enfance sont liés au Mans. L’école Sainte-Croix, le collège Berthelot, la Librairie Doucet… Et bien sûr, le conservatoire où j’ai passé tellement de temps ! J’étais dans la classe de piano de Madame Coussole (Marie-José Delvincourt). Je pense, sans exagérer, que c’est l’une des personnes les plus importantes de ma vie. »

Grand reporter au Nouvel observateur, Prix Albert-Londres en 2013, Doan Bui a souvent eu l’occasion d’écrire sur les « migrants » de la planète. Ceux de l’actualité et ceux de l’Histoire auxquels elle a consacré un livre, coécrit avec Isabelle Monnin : Ils sont devenus français, dans le secret des archives (Lattès). Doan poursuit son exploration en publiant, durant tout l’été, dans le Nouvel obs, Le Vietnam raconté à mes filles, une BD en cinq feuilletons de six pages, vifs, instructifs et très frais, dessinés par Tiphaine Rivière, l’auteure des très bons Carnets de thèse parus au Seuil.

Les bégaiements de l’Histoire


C’est au fil de ses reportages et de ses rencontres que Doan, fille d’immigrés vietnamiens installés dans la Sarthe depuis le tout début des années 1980, s’est rendu compte qu’elle en savait finalement peu sur l’histoire de sa propre famille. « C’est un trait commun à de nombreuses familles immigrées, précise la journaliste. Très souvent, les enfants de la seconde génération n’entendent pas parler du passé par leurs parents. Pour ceux qui sont partis, l’important, c’est l’avenir. Ils tiennent avant tout à préserver leurs enfants. Alors, oui, parfois, il leur arrive de raconter une anecdote heureuse, mais ils garderont les événements tristes ou douloureux pour eux. »

Les parents de Doan, Han Dung et « Jeanne » (à Saigon, la maman de Doan était dans une école où on ne parlait que français et où tout le monde l’appelait par son prénom français), sont venus en France pour faire leurs études dans les années 1960 et 1970. Soit plusieurs années avant les vagues d’immigration qui commenceront en 1975 et que Doan va tenter de nous expliquer en trente pages.

« Je crois qu’il est intéressant de raconter l’histoire du Vietnam, aujourd’hui, analyse Doan. Les boat people de Lampedusa rappellent ceux du Vietnam et du Cambodge d’il y a 40 ans… » Et les drames qu’ils ont vécus. Or, quand l’Histoire se met à bégayer, il n’est pas inutile de rouvrir ses livres et de retrouver la mémoire. C’est ce que propose cette astucieuse bande dessinée, précise, émouvante et pleine d’humour.

Aperçu de la BD

Like this post? Please share to your friends:
SITE VIETNAM
Leave a Reply

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: