Pour éviter la peine de mort, une prisonnière vietnamienne s’insémine elle-même..

Une trafiquante de drogue vietnamienne va accoucher ce printemps. Lorsque ça se produira, elle pourra remercier son enfant de lui avoir sauvé la vie. Nguyen Thi Hue, 42 ans, a été arrêtée dans la province côtière de Quang Ning en 2012 pour cause de trafic de drogue, selon le journal local Thanh Nien News. Elle a été condamnée deux ans plus tard à la peine de mort, et son appel n’a pas réussi à renverser la décision, indique l’Associated Press.

Hue a trouvé une faille dans le système. Selon la loi pénale vietnamienne, il est interdit de donner la mort à une femme enceinte ou à une mère ayant un enfant de moins de 3 ans. Dans un tel cas, la mère ou future mère voit sa peine se transformer en prison à vie.

Des enquêteurs ont déterminé que Hue avait donné 2 000 $ à un codétenu de 27 ans en échange de son sperme et de seringues. Elle a utilisé le tout pour s’inséminer elle-même. Le bébé devrait naître en avril, et sa peine de mort sera donc renversée à ce moment. Quatre officiers de la prison ont été suspendus pour cause de négligence, selon l’AP.

Le Thanh Nien News fait remarquer que ce n’est pas une première. En 2007, deux gardes de la prison d’Hoa Binh ont été emprisonnés après avoir laissé deux prisonniers avoir une relation sexuelle qui a résulté en une grossesse. La femme a donc échappé à la peine de mort par peloton d’exécution.

Le Vietnam est critiqué internationalement pour son usage de la peine de mort — en particulier dans les cas de trafic de drogue — et pour plusieurs exemples de condamnations injustifiées. En juillet 2016, la peine de mort sera abolie pour sept offenses dont vol, production et vente de fausse nourriture et possession de drogue.

Source
Thanh Nien News / Quebec.huffingtonpost

Like this post? Please share to your friends:
SITE VIETNAM