Vidéo : Le Vietnam confronté à l’exode rural grandissant

Dans ce pays communiste qui possède l’un des taux d’urbanisation les plus rapides d’Asie, selon la Banque mondiale, les migrations sont principalement économiques, mais aussi la conséquence des bouleversements sociaux du pays

Tous les ans, comme Vu Thi Linh et sa famille, ils sont des dizaines de milliers de Vietnamiens à rejoindre Hanoï ou Ho Chi Minh-Ville, l’ex-Saïgon, délaissant les campagnes pour les faubourgs de villes qui peinent à absorber ces nouvelles populations. Dans ce pays communiste qui possède l’un des taux d’urbanisation les plus rapides d’Asie, selon la Banque mondiale, les migrations sont principalement économiques, mais aussi la conséquence des bouleversements sociaux du pays.

En juin dernier, Vu Thi Linh a quitté sa campagne pour rejoindre Hanoï, où sa fille vient d’entrer à l’université. “Je ne pense pas que la vie en ville soit passionnante. Mais pour l’avenir de mes enfants, j’ai dû changer d’avis”, explique-t-elle. “Les enfants sont plus instruits et ne veulent pas maintenant revenir vivre à la campagne”, ajoute-t-elle.

D’après les chiffres officiels, chaque année, environ 100.000 personnes déménagent dans la capitale Hanoï et plus de 130.000 rejoignent Ho Chi Minh-Ville, la capitale économique du Sud.

Exode Vietnam 3

Routes, alimentations en eau: les infrastructures ont du mal à suivre le rythme des arrivées, qui créent une “pression sur la culture, l’éducation, le trafic, le système de santé”, explique Pham Van Thanh, une responsable de la municipalité de Hanoï. A Ho Chi Minh-Ville, quelque 85.000 nouveaux élèves entrent dans le système scolaire chaque année. Et dans certaines zones, jusqu’à la moitié d’entre eux sont de nouveaux citadins.

Les autorités ne font “aucun effort pour minimiser le nombre de migrants”, ajoute Mme Thanh. “A ce rythme-là, en 2020, nous ne serons plus en mesure de trouver des terrains pour bâtir des écoles”, affirme Le Hoang Quan, le maire de Ho Chi Minh-Ville. Autre effet pervers de cette urbanisation accélérée, des centaines de villages se vident des adultes en âge de travailler, seuls restent les enfants et les personnes âgées.

Exode Vietnam

“La vie n’est pas toujours facile ici à Hanoï. Mais nous essayons de gagner de l’argent pour nos enfants pour qu’ils aient une meilleure vie que la nôtre”, ajoute-t-il. D’après les chiffres de la Banque mondiale, quelque 7,5 millions de Vietnamiens ont quitté les campagnes pour rejoindre les villes entre 2000 et 2010.

L’objectif des autorités est de construire d’ici 2035 une “nation moderne et industrialisée”, mais 70% des 90 millions de Vietnamiens vivent encore de l’agriculture. Les migrants travaillent principalement dans l’industrie manufacturière orientée vers l’exportation, souvent dans des zones industrielles à la périphérie de grands centres urbains. Le produit intérieur brut (PIB) pourrait dépasser cette année les projections officielles de 6,5%, dans un pays qui est l’un des seuls de la région à connaître une forte croissance de ses exportations.

Les jeunes générations ont déjà tourné le dos au mode de vie rural traditionnel. Dans un pays où l’expression “rentrer chez soi” se traduit littéralement par “revenir à la campagne”, c’est une transformation majeure.

Like this post? Please share to your friends:
SITE VIETNAM
Leave a Reply

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: